Réseaux sociaux de prof : public ou privé ?

by Suzanne
14th avril 2019
Comments 0

La semaine dernière, il s’est passé un truc un peu désagréable. L’équivalent de la fourchette en métal qui frotte contre vos plombages. J’étais tranquillement en train de perdre mon temps sur Instagram quand j’ai vu que j’avais plusieurs notifications. Comme je ne poste pas beaucoup ces derniers temps, j’ai appuyé sans trop savoir à quoi m’attendre. Et bien figurez-vous que j’avais une dizaine de nouveaux abonnements… Tous d’élèves de mon collège. Dont certains que je ne connais même pas.

Je ne vais pas vous mentir : j’ai hésité une demi seconde avant de tous les bloquer sans pitié. Sauf qu’ensuite je me suis posé la question : et pourquoi ça ?

Si vous allez sur mon compte Instagram, vous trouverez des photos de paysages, des selfies avec mes sœurs, de la bouffe, des livres. Rien de très intime, au final. Des photos que je poste en sachant pertinemment qu’elles seront vues par des gens que je ne connais pas, des amis, et de la famille. Alors pourquoi ce malaise à l’idée d’être suivie par mes ados terribles ? 

Alors aujourd’hui j’ai débloqué tout ça. J’ai enlevé quelques vieilles photos qui ne reflètent pas l’image que j’ai envie de donner de moi, et je suis repassée en public.

Mes élèves vont certainement se remettre à me suivre. Et je vais continuer à poster des petits bouts de vie peu risqués. 
Qui sait, peut-être même que ces petits instants de ma vie postés sur internet me rendront plus approchable, plus humaine à leurs yeux d’élèves.

Et puis, il se pourrait bien qu’ils me fassent atteindre la barre des 1000 followers, et ça, ça n’est pas négligeable.

[Photo by Chad Madden on Unsplash]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *